ALBERTI MERELLO (R.)

ALBERTI MERELLO (R.)
ALBERTI MERELLO (R.)

Considéré aujourd’hui à juste titre comme le plus grand et le plus fécond des poètes espagnols vivants, Alberti, né en 1902 au Puerto de Santa María (prov. de Cadix), est l’un des écrivains les plus considérables de la génération dite de 1925. Longtemps condamné, malgré lui, au rôle de brillant second de García Lorca, il se voit enfin, depuis quelques années, rendre justice un peu partout dans le monde, en raison de la qualité et de la variété de son œuvre: il est à la fois peintre – sa première vocation – poète et dramaturge.

Ses premières sources d’inspiration

Le besoin inné chez les Espagnols d’opposer l’une à l’autre deux personnalités avait dicté à un critique cette définition, immédiatement et trop longuement adoptée: Lorca, le Gitan (car il chantait l’Andalousie de Grenade, l’ivresse dionysiaque du monde grenadin) et Alberti l’Andalou (car son Andalousie était celle des rivages atlantiques, moins violente, moins passionnée, plus mesurée). Élégante, chatoyante, proche à la fois de celle de son compatriote Juan Ramón Jiménez et des maîtres de la Renaissance qu’il avait connus très tôt, la poésie d’Alberti répudiait tout pittoresque artificiel, superficiel, pour chanter les salines, les paysages marins; ceux-ci – lorsqu’il commença à écrire loin d’eux, dans la Castille sèche où le retenait le souci de sa santé, vers 1923 – constituèrent ses premières sources d’inspiration. Il n’a jamais cessé de les évoquer, de les chanter, même dans ses poèmes d’exil, où apparaît une dimension nouvelle: la nostalgie de celui à qui l’Espagne fut longtemps interdite. Cette poésie menue du Marin à terre (Marinero en tierra ), moins elliptique que celle d’un Jiménez, plut au jury du prix national de littérature qui couronna Alberti en 1925.

Jusqu’en 1930, Alberti est en quelque sorte à la recherche de lui-même: l’Espagne, sous la dictature de Primo de Rivera, n’est guère favorable à l’expression littéraire; non seulement les écrivains sont soumis à une censure rigoureuse, mais les problèmes politiques, sociaux et économiques se posent à eux avec de plus en plus d’acuité. En 1926-1927, la génération d’Alberti réhabilite bruyamment Góngora, dont on célèbre le tricentenaire, et l’influence du poète des Solitudes apparaît dans À chaux et à sable (Cal y Canto ), d’une extraordinaire virtuosité technique et formelle. La crise profonde que traverse Alberti est marquée par l’un des sommets du surréalisme espagnol, Sur les anges (Sobre los ángeles ), dont une explication purement formelle, telle qu’on l’a proposée parfois, ne suffit pas à traduire la richesse du contenu. Ce recueil, éclairé par les poésies fulgurantes de Sermons et Demeures (Sermones y Moradas ), écrites peu après, et par le drame L’Homme inhabité (El Hombre deshabitado ) joué en 1931, permet de comprendre le combat que le poète livre alors contre tous les fantasmes, les tabous, les interdits qui lui furent imposés dans son enfance par le milieu bourgeois et bien pensant auquel il appartenait.

La rupture

La rupture se situe en 1930-1931, à l’époque où Alberti s’engage publiquement, met son œuvre «au service du peuple et du prolétariat international» et s’inscrit au Parti communiste espagnol. En 1931, la création de L’Homme inhabité suscite une longue polémique: Alberti y montre l’homme aux prises avec les forces du mal, avec une société hostile, mécanisée, hiérarchisée. Il définit son œuvre comme un auto sacramental sans sacrement: en effet, la créature, au lieu du repentir de rigueur dans ce genre d’œuvres, crie sa haine contre le Créateur et nie le libre arbitre, qui n’est qu’apparence. La même année, Alberti écrit la première pièce espagnole politique et à thèse d’actualité, Fermin Galán , qui retrace sous forme de tableaux coupés d’images d’Épinal expliquées par un aveugle, la vie et la mort du premier martyr de la IIe République. Si l’on met à part l’exception lyrique que constitue Te voir et ne pas te voir (Verte y no verte ), chant mortuaire au torero Sanchez Mejías, Alberti écrit surtout alors des œuvres de combat révolutionnaire: plaquettes de poésie, farces politiques, etc. Dès le début de la guerre civile, il prend une part ardente aux activités de l’Alliance des intellectuels antifascistes, au théâtre aux armées, etc. Il compose alors plusieurs pièces courtes d’inspiration politique et une adaptation actualisée de la Numance de Cervantès. Il commence à écrire les trois actes de D’un moment à l’autre (De un momento a otro ), qui racontent, sous une forme plus ramassée, sa propre histoire: celle d’un jeune bourgeois rompant avec sa famille pour se mettre au service du peuple. À partir de 1939, la poésie d’Alberti se teinte d’un lyrisme nostalgique. À la peinture (A la pintura , 1945-1948) est un hymne aux peintres et à ses couleurs préférées. Alberti écrit aussi pour le théâtre: Le Trèfle fleuri (El Trébol florido , 1942), Le Repoussoir (El Adefesio , 1944), La Gallarda (1944-1945), qui constituent une sorte de trilogie rustique; une pièce politique: Nuit de guerre au musée du Prado (Noche de guerra en el museo del Prado , 1956); l’adaptation d’un roman dialogué licencieux et truculent du XVIe siècle: La Belle Andalouse (La Lozana Andaluza , 1963), somptueux divertissement. Un voyage en Chine, en 1958, lui inspire Souris , Chine (Sonríe , China ), recueil d’impressions mêlées de poésies, en collaboration avec María Teresa León. Dans Poésie (Poesía 1924-1967 , 1972) et Le Poète dans la rue (El Poeta en la calle , 1978), Aitana, fille de Rafael Alberti, a édité la majeure partie de l’œuvre poétique et théâtrale de son père, qui a réuni en 1978 ses poésies de 1972-1978, dans Lumière fustigée (Fustigada Luz ), puis celles de 1979-1982 dans Vers détachés de chaque jour (Versos sueltos de cada día , 1982). Prix Lénine international en 1965, Médaille d’or de la paix de l’U.R.S.S. en 1983, Alberti est en outre traducteur de Baudelaire, Eluard, Aragon, Supervielle, Langston Hughes, etc. Rentré en Espagne en 1977, après trente-huit ans d’exil en Argentine et à Rome, il fut triomphalement accueilli et élu député de Cadix, charge à laquelle il renonça quelques mois plus tard pour se consacrer à son œuvre et aux récitals poétiques qu’il donne dans le monde entier. Docteur honoris causa des universités de Barcelone et de Toulouse (1983), Alberti reçoit la plus haute distinction couronnant un écrivain de langue espagnole, le Prix Cervantès (1983).

Le thème fondamental de l’œuvre d’Alberti est la nécessaire rébellion de l’homme contre toute force arbitraire imposée par des valeurs politiques, sociales, morales ou religieuses qui interdisent à l’individu son plein épanouissement. L’humanité est en proie à un dilemme dont le marxisme constitue pour Alberti la seule issue valable. Aussi, El Adefesio est-il peut-être, dans toute son œuvre, la plus terrible mise en accusation des cadres de la société espagnole, à travers une intrigue poétique retracée dans une langue admirable de richesse et de valeur dramatique.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Нужен реферат?

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Rafael Alberti — Saltar a navegación, búsqueda Para otros usos de este término, véase Alberti. Rafael Alberti Rafael Alberti (1968) …   Wikipedia Español

  • Rafael Alberti — Merello (El Puerto de Santa María, December 16, 1902 October 28, 1999) was a Spanish poet, a member of the Generation of 27. Alberti published his first books of poetry towards the end of the 1920s: Marinero en tierra ( Sailor on Dry Land , 1925) …   Wikipedia

  • Rafael Alberti — Pour les articles homonymes, voir Alberti. Rafael Alberti Rafael Alberti Merello (16 décembre 1902 à El Puerto de Santa María …   Wikipédia en Français

  • Rafaël Alberti — Rafael Alberti Pour les articles homonymes, voir Alberti. Rafael Alberti Rafael Alberti Merello (16 décembre 190 …   Wikipédia en Français

  • Rafael Alberti — Merello (El Puerto de Santa María (Cádiz), 16 de diciembre de 1902 28 de octubre de 1999) fue un poeta español. Cabe distinguir cinco momentos en la lírica albertiana: neopopularismo, gongorismo, surrealismo, poesía política y poesía de la nos …   Enciclopedia Universal

  • Aída Alberti — Aída Alberti. Nombre real Aída Alberti Nacimiento 13 de noviembre de 1915 …   Wikipedia Español

  • El Puerto de Santa María — Bandera …   Wikipedia Español

  • San Rafael (Segovia) — Saltar a navegación, búsqueda San Rafael Bandera …   Wikipedia Español

  • Universidad de Cádiz — El Rectorado de la UCA, situado en la Casa de los Cinco Gremios desde noviembre de 1985, tras su restauración.[1] Lema …   Wikipedia Español

  • Provincia de Cádiz — Provincia de España …   Wikipedia Español

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”